Documents, sons et vidéos

Les origines du negro spiritual (vidéo en anglais)
Documentaire sur le negro spiritual et ses origines africaines

Pourquoi les esclaves se sont convertis au christianisme (PDF)

Présentation du festival Gospel Air 2016

Origines du negro spiritual (PDF, illustré)

Enregistrements

      Little Boy. Rev. Kelsey And His Congregation (1948) - Gospel

Exemple de culte dans une église noire. Le pasteur évoque un chapitre de la Bible avec ferveur, l’assemblée réagit, et un chant démarre. Généralement, le pasteur chante les paroles en solo, et l’assemblée chante un refrain.

      Go down Moses. Louis Armstrong (1958)

“Go down Moses” était l’un ces chants favoris des esclaves noirs. Il évoque l’évasion des Israélites de leur esclavage en Egypte. “Let my people go”, c’est l’ordre que Dieu donne au Pharaon. C’est, par transposition, l’ordre que le Dieu des Blancs donne aux propriétaires d’esclaves aux Etats-Unis. Ce chant, interprété ici par Louis Armstrong, a été repris en français pas Claude Nougaro.

      In the upper room. Mahalia Jackson (1957)

Mahalia Jackson, considérée de son vivant comme la plus grande chanteuse de gospel, ne savait pas lire les notes et n’avait jamais pris de leçons de chant. “In the upper room” évoque le dernier repas de Jésus avec ses disciples dans la “chambre haute”, avant la crucifixion.

      Down by the riverside. Golden Gate Quartet (1960)

“Down by the riverside” était à l’origine un chant pacifiste, créé dans les églises noires avant la guerre de sécession, et repris plus tard comme chant de protestation contre l’engagement de l’armée américaine au Vietnam, où beaucoup de soldats noirs sont morts. Le Golden Gate Quartet est une formation typique des années 1950, qui reprenait le répertoire du negro spiritual dans une forme plus moderne avec une section rythmique semblable à celle des orchestres de jazz. La mélodie a été reprise par les Compagnons de la chanson dans “Qu’il fait bon vivre”.

      Oh happy day. Edwin Hawkins Singers (1969)

Sur “Oh happy day”, voir http://www.gospel-event.com/origine-du-chant-oh-happy-day/

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Gospel Air